Etre en cohérence

LoveWhatYouDo

 

 

 

 

 

 

Depuis des années, je me traîne pour aller faire un boulot que je déteste.

Ça donne envie, hein ? Sacrée entrée en matière…

 

J’ai mis longtemps à comprendre pourquoi c’était devenu aussi douloureux d’aller travailler.

Mes conditions ne sont pas mauvaises, horaires raisonnables, salaire très correct, sécurité de l’emploi, collègues sympas et de bons retours sur la qualité de mon travail (même si la reconnaissance s’arrête là), tous les éléments sont réunis pour tolérer que mes tâches ne me passionnent pas.

Certes le boulot ne m’intéresse pas mais c’est aussi le cas des tâches ménagères. Les effectuer ne sont pourtant pas une douleur, tout au plus un ennui. Alors qu’est-ce qui faisait que ce travail m’était totalement intolérable ?

Et puis, j’ai entamé un travail avec une coach afin de déterminer un nouveau projet professionnel parce que c’était devenu insupportable pour moi, même épidermique de continuer dans cette voie.

Même si j’avais déjà une idée assez claire de qui j’étais, mes qualités, mes défauts, mes envies, mes valeurs, le travail que j’ai pu effectuer avec elle a été très riche en enseignement sur moi-même.
Parfois de tout jeter sur une feuille en étant accompagné, ça met certains éléments en perspective, éléments qu’on a avait pas forcément repérés seul.

Et je me suis rendue compte que le travail que je fais depuis maintenant plus de 8 ans ne correspond pas à mes valeurs profondes.
Pendant longtemps,j’ai éprouvé le besoin d’être reconnue pour mes compétences, pour ce que je valais. C’est quelque chose que j’ai trouvé dans ce secteur.
Cette part de moi est assouvie depuis bien longtemps, les années passant, j’ai eu moins besoin de me rassurer sur mon niveau intellectuel et c’est devenu moins viscéral pour moi d’expliquer au monde entier que j’en avais dans le ciboulot.
Ce besoin écarté, il ne restait pas grand chose à me raccrocher pour continuer à trouver la motivation à travailler dans ce secteur.

Déjà, je ne suis pas intéressée par le côté technique de ce que je fais, mes tâches quotidiennes ne me procurent pas de satisfactions particulières et même c’est une vraie corvée de m’y atteler.
En plus, la finalité de mon travail ne me parle pas, je ne me sens pas utile.
Entendons-nous bien, quand je dis utile, ça peut être parce que je divertis ou que mon travail apporte du mieux-être, ça n’a pas forcément une signification très profonde, sociale ou humanitaire. Un artiste est utile à mon sens, parce qu’il contribue à apporter de l’esthétisme dans le monde, ou du beau, ou de la réflexion.
Mes clients actuels sont principalement des banques ou des assurances et j’avoue que je ne me reconnais pas dans un système qui leur apporte des outils pour augmenter leurs profits ou fliquer leurs employés.

J’ai finalement compris que ce qui me motivait au quotidien n’avait rien à voir avec mes conditions de travail, mon salaire ou le prestige de mon job. Pour m’épanouir dans mon boulot, il fallait que j’en trouve un qui soit en cohérence avec mes valeurs, mes besoins et mes aspirations. J’ai maintenant besoin d’être reconnue pour qui je suis.
Vaste programme, non ?

C’est donc le travail que j’entreprends depuis quelques mois. Des idées commencent à émerger mais c’est un travail de longue haleine où on s’autorise à tout considérer avant d’élaguer.
J’espère qu’il me permettra d’enfin trouver une voie professionnelle dans laquelle je me sentirai à ma juste place.

One comment

  1. Martin dit :

    Oh yes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *