Etre responsable de son bien être

IMG_20140213_122914L’autre jour, j’étais sur le profil Facebook d’une amie et j’étais plutôt chagrinée de constater que la seule chose qui ressortait de tout ce qu’elle partageait était une morosité permanente. Chacune de ses interventions était là pour nous faire part de se rhumes, fatigue et autres contrariétés. Même durant ses vacances dans un lieu superbe, elle ne faisait que se plaindre.

Outre que j’ai trouvé ça plutôt pesant, limite irritant de lire tant de négativité, je me suis fait la réflexion qu’elle se tirait elle-même une balle dans le pied. Je suis persuadée qu’un état d’esprit négatif apporte des « mauvaises ondes ».
Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de superstition mais bien de l’idée que quand on se concentre sur le négatif, on n’est plus ouvert au positif autour de nous.

Certes, ce que cette amie écrit sur Facebook n’est pas forcément la façon dont elle vit les choses au quotidien. Et sans doute qu’au jour le jour, c’est quelqu’un de positif et de bonne humeur. Mais pourquoi ce besoin de venir raconter tous les soucis, sans partager aussi les joies (grandes ou petites) ? Pour se faire plaindre ?

Je l’ai déjà écrit, je suis persuadée que le bonheur n’est pas quelque chose qui nous tombe dessus mais quelque chose que l’on cultive. Et je suis de plus en plus convaincue qu’il n’y a pas de « j’ai jamais de chances » ou « je suis une victime de la vie ».
Il y a des drames, des accidents, des maladies sur lesquels nous n’avons pas de pouvoir. Mais nous avons le pouvoir sur notre façon de les aborder. On peut être dans le mode caliméro « c’est vraiment trop injuste » ou être dans l’acceptation de ce qui arrive de négatif, sans perdre de vue tout le positif par ailleurs.

Il ne s’agit pas de s’inventer une fausse vie merveilleuse à balancer sur les réseaux sociaux mais plutôt de valoriser les choses positives plutôt que négatives, de se concentrer sur le joli pour soulager un peu le moche.

Quand j’ai appris que j’avais une candidose et qu’il me fallait donc entamer un régime très restrictif qui allait me priver de pratiquement tout ce que j’aime à manger, j’ai été surprise de voir à quel point j’ai été dans l’acceptation. A croire que tout le travail que j’entreprends depuis quelques années portent ses fruits.
Très vite, je me suis renseignée sur les alternatives, les aliments que je pouvais manger, les recettes. J’ai découvert des nouveaux aliments, je me suis amusée à acheter des choses que je n’avais jamais goûté (lait d’amandes, galettes de riz…), j’ai vu le côté positif, la meilleure forme, sans doute la perte de poids…
Finalement, cette candidose m’est apparue comme l’opportunité d’une nouvelle expérience. Je sais que ça ne va pas être facile et que je vais avoir des moments de ras-le-bol, mais ça ne sert à rien que je parte négative dès le départ, ça ne facilitera rien du tout !

Plutôt que de s’enfermer dans la négativité et broyer du noir tout le temps, en passant à côté du bon et du positif, pourquoi ne pas cultiver son bonheur ?

One comment

  1. litchi dit :

    Après c’est sûr qu’il y a la distortion facebook, certains l’utilisent justement comme un exutoire pour tout le négatif (on est bien contents, merci! ^^), mais je suis évidemment 100% d’accord avec toi sur ce post!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *