J’arrête de râler : premier bilan

9 jours après avoir commencé le défi (ici), il est temps de faire un premier bilan.
Alors comment ça se passe pour moi ?

Ben je dois dire que ça se passe pas si mal et je me dis que finalement je ne suis pas aussi râleuse que ça, peut être…
A l’exception d’un endroit. La VOITURE.

râler en voiture

Au volant, ça grogne !

C’est un grand point de vigilance pour moi maintenant parce que j’ai réalisé à quel point je râlais systématiquement et automatiquement, et pour tout. Parce que la personne d’avant n’avance pas assez vite, met trop longtemps à démarrer, que celui de derrière me colle trop, que l’autre n’a pas mis son clignotant, que le petit jeune n’arrive pas à s’insérer dans un rond-point…
Quand je suis en voiture, il faut que ça avance. Alors je m’énerve et bien sûr, ça ne sert à rien, je n’avance pas plus vite et je me mets de mauvaise humeur toute seule.

Ce constat fait, je me suis efforcée à être particulièrement zen ou joyeuse en voiture : musique à fond dans les embouteillages, contemplation des couleurs du ciel ou des arbres, observation des autres conducteurs… Et ça marche pas mal !

Alors il y a des moments plus difficiles, comme le soir où, après puisé dans toute ma zénitude face aux embouteillages monstrueux, je me suis retrouvée arrêtée sur les voies du tram à cause d’un bus qui n’en a pas fini de faire une manœuvre.  Entre temps, le tram est arrivé en klaxonnant à tout va, le chauffeur a commencé à m’insulter copieusement malgré mes gestes d’excuses (et alors qu’il voyait parfaitement la situation).
Là, j’avoue que la coupe a été vraiment pleine et la frustration intense. Mais j’ai serré les dents et réprimé tout le flot qui venait à mes lèvres. Je me suis appliquée à penser à la soirée très sympa qui m’attendait, je me suis concentrée sur la musique qui passait à la radio, j’ai respiré bien profondément.
Et je n’ai pas râlé. Ben je peux vous dire que je suis fière de moi.

Je suis à 6 jours sans râler. C’est beaucoup pour moi. Mais j’ai le sentiment que c’est étrangement facile.
Sans doute que je n’ai pas eu tellement d’occasions de m’énerver.
Je sais que c’est loin d’être gagné, mais on progresse.

Et vous ? Vous en êtes où dans le défi ? Combien de temps avez-vous tenu jusque là ?
J’attends vos témoignagnes !

2 comments

  1. Yvan dit :

    moi, raler ? jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *