La recherche du bonheur

 

Le bonheur est le chemin

Le bonheur est le chemin

 

Nous sommes tous à la recherche du bonheur.
Nous ne le mettons pas dans les mêmes choses, nous ne le poursuivons pas de la même manière, nous n’y croyons pas tous autant. Mais nous voulons tous être heureux.
Certains placent leur bonheur dans leur travail ou le sentiment de devoir accompli, leur cocon familial,  leur réussite sociale, leur expression artistique…

Combien de fois, j’ai entendu (ou pensé moi-même) « quand j’aurai changé de boulot… Quand je serai en vacances… Quand j’aurai des enfants… Quand j’aurai perdu du poids…Quand j’aurai rencontré quelqu’un… Quand… ».

A mon sens, on ne devrait pas placer le bonheur comme un objectif ultime. De ce point de vue là, je n’adhère pas avec le Bouddhisme et leur idée de nirvana final, une fois qu’on a rempli toutes les étapes (épreuves) de la réincarnation et qu’on a pu progresser suffisamment, comme une récompense suprême.

Il y a tant de gens qui attendent le bonheur. Ils oublient de regarder là tout de suite ce qui les rend heureux, ce qui enjolive leurs journées : un rayon de soleil, de belles couleurs dans un arbre, le sourire d’un inconnu, l’attention d’un proche etc…
Et puis, il y a aussi ceux qui sont heureux mais qui ne veulent pas en profiter parce qu’ils sont persuadés que ça ne peut pas durer.
Et les gens qui regrettent une période de leur vie sans voir ce qu’ils ont au moment présent…

Il n’y a pas une Recette du bonheur, de combo gagnant qui t’assurera à coup sûr la félicité éternelle. Et en réalité, il n’y a pas un Bonheur mais des bonheurs.

Pour comprendre, il faut observer les gens heureux, je veux dire, les gens viscéralement heureux, et il y en a.
Quand tu les observes, tu vois bien qu’ils ne sont pas plus riches, pas plus beaux, pas plus intelligents que d’autres. Il ne s’agit pas d’illuminés déconnectés de la réalité, de babas-cool de la deuxième heure ou d’optimistes insouciants. Ils ne vivent pas non plus dans un état de béatitude permanente.
Ils râlent aussi, ils ont des petites contrariétés et parfois des gros drames, ils ont des déceptions, ils s’ennuient, ils sont tristes de temps en temps.

Alors comment arrivent-ils à être heureux malgré tout?

Ils ont surtout développé leur capacité à être dans le moment, à savourer tous les petits plaisirs d’une journée, à mettre en avant ce qui est positif plutôt que le négatif.
Et pour ça, la clé, c’est d’être dans le présent, pas dans les regrets du passé, pas dans les espoirs ou les angoisses du futur.
Quand on espère, qu’on attend, on oublie de vivre et le temps continue à filer. Les angoisses n’empêchent pas les malheurs d’arriver mais empêchent de profiter de l’instant. Quant aux regrets, ils ne font que nuire.

 

Les gens heureux ont compris que le bonheur n’est pas la destination mais le chemin.

Depuis quelques temps, je m’applique à savourer au maximum chaque moment, chacun des petits bonheurs. Je n’y arrive pas encore toujours mais je progresse.
Je me suis essayé à la méditation de pleine conscience. Je n’y ai pas plus accroché que ça, mais j’ai gardé en mémoire cette idée de faire le maximum de choses en conscience. Par exemple : bien ressentir le sol sous les pieds quand on marche, observer la couleur des arbres (magnifiques en ce moment) en partant travailler, prendre conscience du bien-être ressenti lors d’une soirée conviviale entre amis… Et éviter de se laisser polluer par des pensées parasites pendant tous ces moments.

Et vous ? Etes-vous prêts à profiter du moment ?
Le bonheur, c’est maintenant !

 

3 comments

  1. Yann dit :

    La recherche du bonheurs tout un programme. On a toujours l’impression que l’herbe est plus verte ailleurs et ça nous joue des tours. En effet il faut profiter de tout ces petits bonheurs et surtout ne pas courir après ce qu’on a pas en croyant que ça nous rendra plus heureux. Car si ça le sera sur le coup, on se retrouvera après a en chercher un autre bonheurs, et un autre … Notre société ne favorise pas l’apprentissage du bonheurs, et c’est dommage. Je soupçonne d’ailleurs que notre éducation nous désapprend le bonheurs. Les enfants sont heureux avec un rien, et des qu’ils vont a l’école, on leur apprend la compétition, la comparaison, le stresse, tout ces petites choses qui grignote peu a peu le bonheur du moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *