Un peu de pleine conscience ?

Quand j’ai commencé à lire Zermati, j’ai un peu bloqué sur un aspect de sa méthode : la pleine conscience.

Zermati propose de faire de la méditation en pleine conscience pour bien se connecter au présent et pouvoir être plus à l’écoute de ses sensations alimentaires (je résume).
Bonne élève, je me suis trouvé des enregistrements audio de body scan et méditation de pleine conscience.
Je me suis installé dans mon salon ou ma chambre ou mon bureau et j’ai essayé de faire le vide, me concentrer sur ma respiration, mon corps et de laisser filer les pensées qui se présentaient à moi après les avoir examiné sans jugement.
Bon autant le dire tout de suite, ça n’a pas franchement été une réussite. Je ne sais pas si ça tient aux enregistrements que j’ai trouvé mais j’ai trouvé l’exercice plutôt ennuyeux… Et j’ai vite laissé tombé.

J’ai depuis trouvé d’autres types de méditation. J’ai pas mal accroché avec la méditation du sourire que je trouve lumineuse et énergisante.
Je ne trouve pas forcément le temps ou l’envie de méditer régulièrement mais toute cette démarche m’aura au moins permis une chose fondamentale pour tendre vers la sérénité, elle m’aura appris à m’ancrer dans le présent.

Même si je ne médite pas, je fais de plus en plus de choses en pleine conscience. Je prends du recul pour vraiment déguster au maximum un bon plat, j’essaye de bien ressentir la douche sur ma peau, je m’extrais une demi-seconde d’une soirée entre amis pour savourer l’instant de convivialité, je m’arrête dans ce que je fais pour admirer un coucher de soleil etc…
Redonner une place centrale à tous les petits plaisirs du quotidien me donne un élan incroyable pour me sentir bien dans ma vie.

De plus, j’ai décidé d’arrêter de m’angoisser pour tous les malheurs qui me tomberont peut être un jour dessus. Le pire n’est jamais certain et se ronger pour une éventuelle catastrophe à venir ne permet pas d’y être mieux préparé. Il ne s’agit pas de faire preuve d’insouciance, de ne pas penser aux lendemains mais d’éviter de se rajouter, aux soucis du quotidiens, ce qui peut PEUT-ETRE arriver un jour.

Je sais que j’ai déjà écrit un billet sur le sujet il y a quelques temps mais quel bien-être ça m’a apporté de changer ma vision des choses, de virer mes lunettes grises et de m’attacher à m’imprégner au maximum de chaque moment, chaque bonheur du quotidien.
Les jours où j’arrive à y ajouter un petit espace de méditation, c’est la framboise dans le champagne. Le plus non négligeable !

Et vous, prêts à méditer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *